L’Espace Multifonction, celui qui s’adapte à vos envies…

Espace Multifonction

Hors-série#1 : Les Espaces de Travail.

Mentions issues de cet article de Capital.

« Le Multifonction : le bureau qui s’adapte à vos envies. »

 

Le concept

Adapter l’espace aux différentes activités de la journée et de l’employé grâce à la modularité des espaces. Ici, nous sont proposés, les beaux exemples du « bureau du directeur réaffecté en salle de créativité lorsque celui-ci s’absente, le restaurant d’entreprise utilisé comme auditorium, la cafétéria devient espace de coworking…« 

Intuitivement, s’est posée la question sur la pertinence de réaffecter perpétuellement des espaces à de nouvelles fonctions, missions, surtout lorsque la création de rituels et d’espaces propices à des missions bien spécifiques sont valorisées par ailleurs pour justement libérer le cerveau de ce temps d’adaptation.

En effet, l’énergie déployée pour trouver ses marques à chaque fois, ne pourrait-elle pas être valorisée dans l’action à effectuer elle-même ?

 

Un espace pour exécuter, des instants pour inspirer.

Ce laps de temps d’exécution est différent du temps d’inspiration ou d’échange. Le premier nécessite une clarté d’esprit, des objectifs précis, une ligne de route avec une évaluation claire pour une meilleure productivité. Là où le deuxième a le luxe de pouvoir intervenir à sa guise, dans un lieu précis ou bien en tout lieu… Et c’est bien cette spontanéité qui laisse champ libre aux idées pour émerger, associer entre eux des concepts intégrés auparavant grâce à la nature elle-même de l’endroit : un espace « non connecté » au travail effectif et donc à toutes les représentations contraignantes que cela peut comporter.

En soi, la cafétéria est un moyen d’échange entre collègues non négligeable, grâce à la convivialité instaurée et une sorte d’émulation mais entre discuter, élaborer et s’y installer « matériellement » pour des réunions ou des échanges professionnels, la différence est palpable.

Ces initiatives peuvent évidemment créer des surprises grâce à l’effet nouveauté, mais s’émousser sur le long terme parce que les codes de certains espaces définis seront justement brouillés. 

Pourquoi risquer de couper un canal créatif porteur, au lieu de développer des aspects qui eux, dysfonctionnent ?

Une solution pour conserver le sel de ces endroits peut être de prendre note sur un calepin (ou votre téléphone) pendant ces temps, et ainsi éviter de dénaturer l’espace et l’instant. 

Pour aller un peu plus loin, le fait de s’installer matériellement sur un espace de détente, questionne sur le fait de laisser le travail déborder sur la sphère personnelle, sur le fait de ne pas gérer son temps de manière à pouvoir profiter de ces instants pour soi…

 

La place de chacun.e

Je choisis de reprendre la même citation du « bureau du directeur [est] réaffecté en salle de créativité lorsque celui-ci s’absente » afin d’amener une réflexion sur l’importance de disposer d’une chambre à soi, comme l’énonçait Virginia Woolf.

Il s’agissait pour elle d’aborder la place féminine dans la littérature, et les facteurs d’accession au succès. Sans entrer plus dans le détail mais vous laissant le choix d’en apprendre davantage sur le sujet, la notion de disposer d’un endroit destiné à l’élaboration s’applique tout à fait aux Chef.fe.s d’entreprise.

Il me semble nécessaire de pouvoir consacrer son bureau, comme son lieu de stratégie et de développement professionnel. Et par là, de pouvoir être seul.e maître.sse des lieux et de disposer librement de son espace, même en son absence. Il peut s’agir d’une notion de pouvoir ou bien d’un simple respect de l’espace, sans pour autant être synonyme de despotisme de la part du gérant ou de la gérante… 

En revanche, cela questionne sur le fait d’empiéter sur le bureau du Chef.fe et de ce qui se joue là-dessous.

  • D’un côté, est-ce pour accéder à un certain statut, ou dans une sorte de défiance de l’autorité ?
  • De l’autre côté, est-ce pour paraître ouvert, célébré pour son leadership et son management libéré, etc… ?

Dans cette modularité des espaces, j’y vois un parallèle avec la polyvalence des agents souvent prônée. Or, elle reste une compétence bien particulière que tout le monde ne possède pas, pouvant même entraîner une désorganisation plus que délétère si elle est imposée  à des personnes aux compétences spécifiques plus que généralistes (cela ne signifie pas superficielles…). 

 

Et s’il en était de même pour les Espaces ? Si cette recherche incessante de place et de repères était un facteur de déstabilisation dans l’Entreprise ? 

HORS-SERIE ESPACE MULTIFONCTION

Qu’en pensez-vous?

Vous aimez ? Partagez !
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire